Quel remboursement pour les soins dentaires ?

D’après un sondage mené par l’Odenore (l’Observatoire des non-recours aux droits et services), 39 % des assurés ont renoncé à réaliser leurs prothèses dentaires en 2016. Il s’agit du poste le plus touché par le renoncement aux soins. Les remboursements des soins dentaires sont donc à scruter à la loupe avant de choisir votre mutuelle santé.

 

Les différents types de soins dentaires

 

Voici un décryptage concernant les travaux dentaires les plus pratiqués.

Les soins dentaires

Les soins dentaires bénéficient de tarifs opposables, cela signifie qu’il n'y a pas de dépassement d’honoraires. Les soins suivants sont concernés :

  • le détartrage
  • le traitement d’une carie
  • la dévitalisation d’une dent
  • l’extraction d’une dent

La prothèse ou couronne

La couronne est une prothèse dentaire fixe qui protège une dent abîmée en restaurant la partie manquante. Les prothèses ont une base de remboursement de 107,50 €, le Régime Obligatoire rembourse 70 % de ce montant, soit 75,25 €.

Exemple : le remboursement des soins pour une prothèse dentaire de 600 € avec une mutuelle haut de gamme qui prend en charge 400 % de la Base de Remboursement.

 

remboursement prothèse

 

Le bridge dentaire

Le bridge est une prothèse dentaire consistant à remplacer une ou plusieurs dents en s’appuyant sur les dents voisines. Le bridge le plus fréquemment réalisé est constitué de 3 prothèses. La base de remboursement pour ce type de bridge est de 279,50 €, le Régime Obligatoire rembourse 70 % de ce montant, soit 195,65 €. Une mutuelle haut de gamme prenant en charge 400 % de la Base de Remboursement vous remboursera 1 118 €.

L’inlay onlay

Lorsqu’une carie est trop importante, le dentiste va poser une pièce prothétique reconstituant une partie de la dent. L’inlay est apposé dans la dent et l’onlay sur la dent.

La parodontologie

La parodontologie permet de traiter la gencive, les fibres d’attachement et l’os qui supportent les dents après qu’elle ait subi une infection bactérienne. Certains actes de parodontologie sont remboursés par le Régime Obligatoire, d’autres sont hors nomenclature. La plupart des mutuelles prévoient un forfait annuel pour ce type de remboursement.

L’implant dentaire

L’implant dentaire est une racine artificielle insérée dans l’os de la mâchoire afin de maintenir une dent artificielle. C’est un acte non remboursé par le Régime Obligatoire. Il est généralement complété par une prothèse.

L’orthodontie

L’orthodontie permet de corriger l’alignement des dents ou de rectifier une déformation de la mâchoire. Un appareil à porter la nuit ou des bagues dentaires vont appliquer une force sur une ou plusieurs dents. Pour les enfants de moins de 16 ans, le Régime Obligatoire rembourse l’orthodontie de manière plus élevée qu’habituellement puisque le remboursement est de 100 % de la Base de remboursement au lieu de 70 %. La base de remboursement du semestre d’orthodontie est de 193,50 €. 

Exemple : le remboursement des soins pour un semestre d’orthodontie facturé à 800 € avec une mutuelle haut de gamme qui prend en charge 300 % de la Base de Remboursement.

 

remboursement orthodontie

 

Pour les adultes et les enfants de plus de 15 ans, l’orthodontie n’est pas prise en charge par le Régime Obligatoire. La plupart des mutuelles prennent en charge une partie de ces frais par le biais d’un forfait par an ou par semestre, mais le reste à charge reste important pour l’assuré.

 

Quelle mutuelle pour les soins dentaires ?

Pour choisir votre mutuelle santé, il faut regarder l’ensemble des annotations indiquées concernant les remboursements en dentaire. En effet, certaines mutuelles peuvent appliquer :

  • Des délais de carence de 3 mois à 1 an pour les travaux dentaires hors soins dentaires
  • Un plafond dentaire annuel hors soins dentaires
  • Une limite dans le nombre d’actes pour les implants ou les prothèses

Les réseaux de soins des mutuelles

Certaines complémentaires santé comme TNS Assur offrent l’accès à un réseau de soins. Il s’agit d’un accord entre les mutuelles et les professionnels de santé partenaires permettant aux assurés de bénéficier de tarifs négociés et d’une vérification de la qualité des soins fournis et des matériaux utilisés par le praticien. L’utilisation du réseau n’est pas une contrainte, car les remboursements des travaux et soins dentaires sont les mêmes que le patient passe par un dentiste partenaire ou non.

 

A lire aussi : http://www.tns-assur.fr/actualites/tns-assur-vous-presente-le-reseau-de-soins-santeclair

 

Vers une baisse des coûts en dentaire ?

Le dentaire représente un enjeu de santé publique majeur et ce, d’autant plus qu’il n’y a pas d’alignement des tarifs d’une région à une autre. Dans ce contexte, le gouvernement a choisi de plafonner les prothèses et de revaloriser les soins en 2018.

Des inégalités territoriales pour les soins dentaires

Le tarif moyen d’une couronne varie de 327 à 686 € en Province contre 369 à 1090 € à Paris. Les Travailleurs Non Salariés sont particulièrement touchés par ces inégalités territoriales. En effet, ils sont généralement implantés dans les zones « denses » que sont la région parisienne et la PACA et sont donc amenés à consulter les professionnels de santé appliquant les tarifs les plus élevés.

Plafonnement des prothèses et revalorisation des soins

A partir de 2019, l’état va plafonner les tarifs des prothèses dentaires qui sont fixés librement actuellement et va augmenter la base de remboursement. Ainsi, en Province, le montant d’une couronne céramo métallique ne devra pas dépasser 550 € en 2019 et 510 € en 2021. A Paris, dans les Hauts de Seine, les Yvelines, l’Essonne et certains DOM-TOM, cette couronne sera de 660 € maximum en 2019 et 570 € maximum en 2022.

La base de remboursement de la prothèse passera de 107,50 € à 120 € en 2020. Etant donné que les mutuelles utilisent cette base de remboursement pour calculer les garanties en dentaire, cette revalorisation augmentera à la fois le remboursement du Régime Obligatoire et des mutuelles.

Les soins dentaires seront également revalorisés, mais cela aura uniquement un impact pour les patients n’ayant pas de mutuelle. En effet, même avec une mutuelle de base, il n’y a pas de reste à charge pour les soins dentaires.